1

Trail de l’Aber-Wrach

Aujourd’hui , Dimanche 04 Avril, nous nous essayons à notre premier vrai trail, celui de l’aber Wrach. Levé, 07:30 et 1ère averse et 5 degré au thermomètre, bon ben le choix des vêtements est vite fait, ce sera collant long ! Petit dèj et hop, c’est l’heure du départ pour Le Folgöet, ou nous arrivons 1h avant course. Retrait des dossards, déguisement de traileur (chaussure et camel bag) et début d’échauffement. Nous assistons au départ des 40kms au pied du Calvaire. Pas beaucoup de fille dans ce troupeau. 30mn plus tard, c’est à nous, là, nettement plus de filles. Ambiance bonne enfant et après les recommandations de course, « balisage », « ne laisser pas un concurrent en difficulté » et « vous êtes en autonomie totale », le départ est donné en fanfarre, ou plutôt en musique ambiance « les héros, ce sont eux, ils y vont et ils vont en chier », donc bref, très motivés , on s’élance.

1.5kms de bitume , ça papotte, rigole, les camel-bag font floc, floc, les niveaux sont pleins , jusqu’ici tout va bien. Nous arrivons à l’entrée d’un sentier ou l’accompagnement moto s’arrête et nous souhaite bonne course, OK, c’est maintenant que ça commence alors ….. on y crois …. mais 100m plus loin la course s’arrête …ben , qu’est-ce qui se passe donc ? ça bouchonne ? ben oui, le sentier est étroit et ça passe pas à plusieurs de front, on fait donc la queue, pendant … quelque temps quand même puisqu’au 3ème kms on en est à 25mn de course ! quoi ? mais à cette allure là on n’y sera pas pour le repas de Pâques, déjà qu’on ne sait pas trop combien de temps on va mettre … bref, on monte à pied et on sprinte 15m et rebelotte jusqu’à ce que le sentier s’élargisse et permette aux concurrents de se placer. 35ème minute, 1er gel coup de fouet, tout va bien , à part le chrono peut-être , mais bon de toute façon on s’en fiche un peu. Les jambes ne sont pas trop mals, niveau cardiaque c’est parfait. Tout se passe bien. Succession de montées, descentes, et quelques potions de plats pour dérouler un peu, heu va falloir que je fasse une pause pipi , là, le comble quand on sait que je vais finir à la limite des crampes et en vidant complètement mon camel-bag jusqu’à la dernière goutte. Me fait donc doubler pendant ma pause technique et hop on repart, et on suit le troupeau et surtout le monsieur du devant qui à chaque expiration nous crie , « ah là là », oui, c’est le mot, nous on gâté les organisateurs, le circuit est d’enfer … un trail, vrai de vrai avec de bonnes portions boueuses, ch’suis d’ailleurs bien contente de mes chaussures ADIDAS de trail, l’accroche est parfaite d’autant que le terrain est gras et deplus en dévers. kms 7.5, le chrono donne …. 01h10, ah ? heu bon alors là, ça donne quoi au final ? 02h20 ? bon OK, va peut être falloir gérer un peu l’eau car là , je ne suis partie qu’avec 1l , en me disant en plus ce matin, pfuuu, 1l, c’est large, j’ai fait des sorties de 01h45 et il m’en restait, fastoche donc, on remplit quand même tout le camel bag et on part avec 4 tubes de gels énergétiques, desfois que le course dure plus de 2h …. oui, bon, ben en fait ça fera plus de 02h00 tout ça. kms 10, on en est à 01h40 de course, on continue donc, ça va pas très vite tout ça … les montées se font de plus en plus en marchant ….Passage des poutres à l’équilibre, la partie fun, mais je suis déçue, pas de passage sous le pont de Loc-Brévalaire, dommage ! et pas de passage dans l’eau non plus, ces activités aquatiques sont réservées aux traileurs exrêmes, aux grands donc, nous on est encore trop petits .

Allez, on continue, les jambes sont un peu lourdes, mais rien de bien dramatique jusqu’à ce passage le long de la rivière où je sens les muscles de derrière la cuisse commencer à dire, et ho ? il fait soif là, on va finir en crampes … un petit coup d’oeil à lamontre GPS : il reste 3kms et mon camel-bag me semble bien vide ! aille aille , aille, ….. je continue et idem, les mollets commencent à tirer, je dégaine alors mon dernier tube de gel et tire un peu plus sur l’eau, ça continue et sortir … pas de panique, on y est presque, un passage dans la gadoue jusqu’à la cheville en essayant d’éviter l’eau d’un petit ruisseau et la flamme rouge est là… on peut y aller, je vide le camel-bag et continue ma course à la vitesse optimale pour ne pas avoir de crampes …. et … là, oui, on voit le clocher, ça monte mais ça va toujours, ça sent la fin , ça y est,je reconnais la fin du parcours, le tapis rouge et fin du chrono en 02h18 …. ben ce qui est sûr c’est qu’on ne montera pas tout de suite sur le trail de 40kms. En tout cas,je cherchais un week-end pour faire une sortie de plus de 2h en préparation de mon semi-marathon de Liffré et ben c’est fait …. faut juste récupérer de la course ….car les mollets, les cuisses et les fesses ont vraiment soufferts

En conclusion,une première expérience inoubliable et très intéressante , absolument à refaire et course à recommender.